L’association pour la Sauvegarde et la Promotion du Patrimoine Industriel en Vaucluse (ASPPIV, hôtel 4 de chiffre, 26 rue des Teinturiers, 84000 Avignon) est née en 1983, à la suite d’un constat : celui de l’existence d’un patrimoine industriel riche, varié, diversifié, à la fois mémoire de notre civilisation industrielle et témoin de la vie économique vauclusienne.
          Liée à l'eau, aux ressources minérales et à l'agriculture, l'industrie vauclusienne s'est développée au XIXème siècle lorsque aux activités traditionnelles du textile, de la papeterie, de la meunerie, s'est ajoutée l'industrie de la poudre de garance, du cartonnage, de la métallurgie, du réfractaire, de la faïencerie, des ocres, de la confiserie. Même si quelques industries ont disparu à la fin du siècle dernier, l'essor de ce secteur économique s'est poursuivi avec de nouvelles activités liées soit à l'agriculture (conserveries), lesquelles sécrèteront une foule d'activités comme les engrais chimiques, les emballages et les fabriques de boîtes de conserves, soit aux richesses de notre sous-sol (carrières de pierres, fabriques de plâtre et de chaux). Une nouvelle génération d'établissements, dont la technologie est largement utilisée par les industriels vauclusiens, apparaît au XXème siècle, prenant le relais des anciennes activités disparues ou sur le point de l'être : construction électrique et électronique, industrie mécanique, industrie du verre, parachimie.
            Les papeteries de Fontaine-de-Vaucluse, l'usine de la Ramie à Entraigues et l'usine Beauport à Vedène, les fabriques d'ocres à Roussillon et Gargas, les fabriques de fruits confits à Apt, les usines et roues de l'Isle-sur-la-Sorgue et d'Avignon, les hauts fourneaux de Rustrel, les moulins à farine disséminés sur le territoire, sont l'illustration parfaite de cette richesse industrielle, témoins de la vie économique vauclusienne.
            Au-delà de ce patrimoine industriel, parfois figé par l'abandon volontaire ou non de son capital humain, le Vaucluse conserve et cultive les traditions et les savoir-faire par l'intermédiaire de nombreuses entreprises, parfois de dimension européenne,  dont les activités sont liées à notre passé ou aux caractéristiques naturelles du département. La fabrication des fruits confits à Apt, de papier à Saint-Saturnin-les-Avignon, de boîtes en carton à Valréas, de berlingots à Carpentras, de textile à l'Isle-sur-la-Sorgue et à Sérignan, de réfractaires à Bollène, de faïences à Apt, de sable industriel à Bédoin, de gélatines à l'Isle-sur-la-Sorgue, de plâtres à Mazan, de conserves alimentaires, de farine, de pierres à bâtir, s'inscrit en effet dans la continuité de notre histoire industrielle.
Longtemps méconnu et oublié, ce patrimoine fait l’objet depuis 1983 des soins les plus attentifs de l’association.